Chroniques express (28)

Le très talentueux et heureusement prolifique Eric Owyoung sortait en novembre dernier Awakened To The Sound, le sixième album de son groupe de rock indie expérimental Future Of Forestry. Un album qu'il est difficile de qualifier comme tel, tant il sonne plus comme une bande originale de film et une invitation au voyage, éveillant les souvenirs de ses trois EP Travel. Les titres sont aussi grandiloquents que majestueux, et nous entraînent dans un univers qu'on imagine fourni d'épopées grandioses, de combats de titans et de moments de bravoures. De l'héroic fantasy musicale ? Probablement ce qui s'en rapproche le plus. Ajoutez à cela les expérimentations avec des instruments originaux qui ont toujours été une des bases du son de FOF, tout comme l'utilisation prédominante d'un piano, des passages à plusieurs harmonies vocales, et ce Awakened To The Sound remporte haut la main le titre d'album le plus abouti que Future Of Forestry ai sorti. Un indispensable.

Stavesacre - MCMXCV

Dix ans d'attente, voici le supplice par lequel les fans de Stavesacre ont dû passer avant de pouvoir entendre un nouveau titre des rockeurs américains, eux qui viennent seulement de sortir leur sixième réalisation. Baptisée MCMXCV, cette dernière contient onze titres renvoyant plus d'une décennie en arrière, la (ou les) voix de Mark Salomon n'ayant pas changé, tout comme le son des guitares. Ni l'ambiance particulière des compositions du groupe, qui donne l'impression que cet album a été écrit dans la continuité de l'excellent How To Live With A Curse (2006). Ou peut-être, vu quelques titres en demi-teinte, que quelques b-sides de cet album se sont glissés dans cette dernière production. Mais dans l'ensemble, l'attente est récompensée.

Composé de seulement deux titres, cet opus permet surtout à XIII Minutes de se faire connaître. Pas nécessairement pour son originalité, son nom étant une concaténation des deux titres qu'il contient, mais plus pour son audace. En proposant un métal alternatif agressif autant que mélodique, contenant du scream, du chant, des solo de guitares, et un soupçon de synthétiseur, les américains brassent large et puisent dans de nombreux styles musicaux pour arriver à leur fin, en misant beaucoup sur les dissonances pour appuyer leurs propos. Evidemment, ça éveille la curiosité.

Manafest - Stones

Les albums se suivent et ne se ressemblent pas pour Manafest qui change continuellement de style, passant du rock au hip hop au hard rock selon les années et les envies du canadien. Stones, son dernier album, est plutôt dans la veine de The Chase (sorti en 2010), et c'est évidemment une bonne nouvelle. L'album débute sur les chapeaux de roue avec le titre éponyme, qui déboule tel un "No Plan B" moderne. L'album suit son court dans cette lignée énergique dont on avait oublié Manafest être capable. Solo à deux guitares, guest stars, passages rap métal, tous les ingrédients d'un bon album estampillé "Chris Greenwood" sont réunis sur cette cuvée 2017 intitulée Stones.

The Letter Black - Pain

Après la sortie de son premier album ponctué par un passage remarqué en Hexagone lors du Heaven's Door Festival 2012, The Letter Black a progressivement disparu des radars, malgré la sortie d'un deuxième album quelques années plus tard. Après 10 années d'existence, voici Pain, le troisième album du groupe américain. Annoncé comme "album le plus heavy" qu'ils aient sorti, il se rapproche effectivement des sonorités du début du groupe, auxquels sont venus s'ajouter pas mal de zests du nu-métal cher à Korn. Le résultat est un album qui ne réinvente rien, à écouter surtout pour les performances vocales de Sarah Anthony, toujours aussi impressionnante quand il s'agit de screamer.

Becoming Saints - Oh, The Suffering

43 minutes pour 12 titres de métalcore, nous sommes on ne peut plus dans les standards du genre pour Oh, The Suffering, premier LP des américains de Becoming Saints qui fait suite à deux EP sortis avec près de dix ans d'écart. Une histoire compliquée et simple à la fois, formule qui pourrait s'appliquer également à cet album qui alterne entre le classique "j'ai déjà entendu ça quelque part" et le "oh, pas mal comme enchaînement" qui donnent envie de continuer d'écouter la piste suivante.

Page 1 sur 5

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :